Préparer sa retraite : placement immobilier sans fiscalité

Placement immobilier en vue

Retraite et placement immobilier sont tout à fait compatibles. Seulement il ne suffit pas  d’avoir la capacité de remboursement d’un crédit pour envisager sa retraite sereinement. En effet, cette démarche se programme vers la quarantaine quand les charges de fonctionnement du ménage sont moins lourdes.

Analyse des revenus par rapport à la fiscalité IRPP

Actifs vous aurez inévitablement une tranche marginale d’impôt dissuasive, aussi, il est urgent de rechercher des solutions « alternatives » . Voici, l’astuce de l’investisseur en immobilier qui n’attend pas de revenus nouveaux, avant la retraite .

Choisir la fiscalité zéro

Bien sûr la loi Pinel peut le faire ! mais ne supprime pas l’impôt sur le revenu des loyers produits par l’investissement locatif. De plus, le prix au mètre carré construit peut faire réfléchir, au risque de s’arrêter sur un logement plus petit espérant ainsi ménager la chèvre et le chou.

Astuce fiscale

Envisager de ne pas percevoir de revenus locatifs, d’une part, et de ne pas sacrifier la surface de l’appartement au gré du prix, d’autre part.

Le démembrement de propriété

Comment? hé bien en achetant un bien « démembré » c’est à dire, vous acheteur immobilier, vous optez pour l’acquisition de la nue propriété, alors qu’un locataire occupe le logement à vendre. Ce locataire aura un statut particulier puisqu’il sera « usufruitier ». Ce locataire peut être l’ancien propriétaire qui conserve justement l’usufruit, mais cela peut être aussi , un montage financier assuré par une société financière qui vend la solution clé en mains, pour ainsi dire.

Nu propriétaire qui es tu ?

L’acheteur désigné ci-dessus, qui possède les murs du logement, mais ne dispose pas du bien immobilier en question. Original, acheter un bien immobilier locatif et se garder de percevoir les revenus locatifs, c’est possible!.

Usufruitier qui es tu ?

cela peut être de gré à gré, le vendeur qui choisit cette formule pour ses vieux jours, qui consomme son capital immobilier, mais qui continue durant le reste de sa vie à profiter du logement. Cette formule est connue c’est le viager.

Autrement, il s’agit d’un contrat comme présenté ci-dessus par une société financière spécialisée dans ces programmes « prêts à l’emploi ».

L’usufruitier (âgé de préférence) est locataire de la société financière, pour un bail défini en relation avec le contrat de nue propriété de l’acheteur.

Avantages financiers

La nue propriété est évaluée seule et l’usufruit également pour la durée de location avec un barème connu des notaires. Le montant que paiera l’acheteur sera d’environ (jusqu’à) 40% moins cher, par rapport à l’acquisition en pleine propriété.

Inconvénients financiers

Pas de revenus durant le temps prévu au contrat. Certes, mais possibilité de revendre cette nue propriété . L’usufruitier quitte à une date que le destin peut choisir !. La fiscalité est neutre, puisque nous l’avons vu il n’y a pas de revenus.

En revanche déductibilité possible ?

Sous certaines conditions, on peut déduire les intérêts du crédit qui sont par définition un montant déficitaire. Cette possibilité, n’est offerte qu’à l’acheteur déjà bailleur d’un autre bien immobilier. En effet, les intérêts du crédit ne peuvent être déduit que des revenus locatifs existants, sinon ils s’inscrivent pour un déficit fiscal à reporter sur 10 ans.

Conclusion

Acheter un bien  jusqu’à 60% de sa valeur, ne pas payer d’impôt supplémentaire pour ce nouveau placement. Pouvoir déduire sur les revenus fonciers existants, et attendre que l’heure de la retraite sonne. Faites vous aider par un courtier en immobilier. Ainsi  devenir propriétaire à part entière et profiter des loyers bien utiles pour compenser la perte de revenus, ressemble à s’y méprendre à un mouton à cinq pattes ! NON ? .